Pourquoi et comment utiliser l'ODP. (Partie 2)

by

Quant on sait que le Web contient plusieurs milliards de pages, et que celles-ci sont en perpétuelle évolution, on comprend mieux l’intérêt de ne pas s’y aventurer seul. Actuellement, il existe 2 types de guides pour vous y retrouver : les annuaires et les moteurs de recherche.

Avec plusieurs milliards de pages Web (le nombre réel est inconnu, mais le moteur de recherche Google annonce en avoir indexé près de 8 milliards), on peut supposer que cet espace est devenu la plus grande source d’information de tous les temps. Malheureusement, une telle masse pose pas mal de problèmes d’accès. Oh, pas du point de vue de la technique, qui est des plus efficaces, mais simplement parce que, outre ses dimensions, il n’y est défini aucune règle organisationnelle. Du coup, cela revient un peu à vouloir rassembler toutes les bibliothèques du monde, simplement en entassant pêle-mêle tous leurs ouvrages dans un immense hangar !

Pour continuer avec les comparaisons, je peux vous imaginer à la porte du dit hangar, un minuscule fascicule à la main, en train de lire ces quelques lignes. Ce qu’il y a de particulier, ici, c’est que malgré les quantités astronomiques de pages à votre disposition, il vous sera impossible d’y accéder sans en donner la position exacte. Autant dire que vos lectures risquent d’être vite limités, si vous devez vous débrouiller tout seul.

Heureusement, cette problématique est connue, et vous bénéficiez maintenant de différents guides, que l’on peut regrouper en 2 catégories : les répertoires et les moteurs de recherche.

Si les premiers vont vous proposer une approche thématique, en vous regroupant les sites dans des catégories hiérarchisées, les seconds sont orientés sémantiques, et vous proposent un accès lié aux mots. Bien que cette dernière méthode bénéficie aujourd’hui de l’engouement des Internautes, il est important de bien comprendre que ces 2 démarches sont conceptuellement différentes, et qu’elles ne peuvent donc pas se concurrencer.

Pour s’en convaincre, imaginons que nous souhaitions faire l’acquisition d’un âne, et partons à la recherche d’informations sur le Web.

Face à un moteur de recherche, la réponse est aussi immédiate que la question. En cherchant ‘âne’, on obtient un total de plus de 4 millions de liens, ce qui est assez impressionnant ! Une première constatation s’impose : le moteur de recherche ne guide pas vers des sites, comme c’est le cas des annuaires, mais vers des pages. Du coup, suivant la recherche, on peut soit avoir la chance de tomber directement sur un texte adéquat, soit crouler sous les réponses.

Par exemple, si l’on ajoute un ‘s’ à notre mot (‘ânes’), nous n’obtenons « plus » qu’un peu moins de 2 millions de références, ce qui montre l’écart de compréhension de notre robot. Et l’on tombe à moins d’un million pour ‘association âne’ (250 000 pour ‘association ânes’). Il est donc clair qu’une recherche de ce type est complètement dépendante des mots utilisés (et de leur ordre !).

Passons maintenant à une recherche sur notre annuaire. Là, la réponse est loin d’être immédiate, puisqu’il va falloir commencer par naviguer au travers des catégories. Et si, il faut bien le reconnaître, les choix ne sont pas forcément évidents (voir la partie 3 pour des explications sur l’organisation des catégories), on doit quand même finir par localiser http://dmoz.org/World/Français/Loisirs/Animaux_de_compagnie/Chevaux,_poneys_et_ânes/Anes/ 😉 ! Du coup, nous voilà face à 55 liens (et une sous-catégorie), chacun accompagné de son petit commentaire.

Et nous voilà devant une seconde constatation : les réponses de l’ODP évoluent peu dans le temps, contrairement à celles des moteurs de recherche, qui reclassent quasiment quotidiennement leurs références.

Maintenant, il n’est pas facile de dire qu’elles seront les liens que l’Internaute trouvera les plus pertinents, mais nous pouvons quand même en conclure que les résultats ne sont guères comparables. Pour ma part, j’estime donc que ces 2 moyens sont complémentaires. Si je recherche une information précise et temporelle, du type, « quelle est la valeur actuelle du SMIC (Salaire Minimum Interprofessionnel de Croissance) ? », j’utiliserai à l’évidence un moteur. Mais si je m’intéresse à un sujet plus général, comme les religions, par exemple, j’aurai une meilleur vue d’ensemble via l’ODP (http://dmoz.org/World/Français/Société/Religion_et_spiritualité/).

Pourquoi et comment utiliser l’ODP. (partie 1)Pourquoi et comment utiliser l’ODP. (partie 3)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :